Comment ajuster sa fertilisation azotée sur blé dur en cour de campagne ?

Ce bulletin a pour objectif d’aider les agriculteurs à mieux piloter la fertilisation azotée du blé dur, en réévaluant le potentiel de rendement de la culture au cours de la campagne, en fonction de sa variété, de la réserve utile de son sol et du climat de son secteur. Piloter au plus précis la fertilisation azotée du blé dur est un gage de rentabilité pour l’exploitant agricole grâce à l’adaptation de la fertilisation au plus près du potentiel de rendement : un rendement optimisé et une qualité maximale (bon taux de protéine). L’ajustement de la fertilisation azotée au potentiel de rendement annuel de la culture permet de diminuer les risques de lixiviation des nitrates, ce qui est particulièrement important dans des communes inscrites en zone vulnérable nitrates. Vous trouverez donc dans ce bulletin : – Le bilan météo et le stade de développement du blé dur – Les valeurs de potentiel de rendement par type de conduite (sec/irrigué) et par variété – Des conseils de fertilisation – Quelques rappels agronomiques sur la fertilisation du blé dur Les valeurs de potentiel de rendement en cours de campagne sont calculées en fonction des besoins de la céréale à paille, grâce à un modèle informatique créé par Arvalis-Institut du Végétal. Ce modèle réévalue le potentiel de rendement en fonction de la réserve utile des sols (RU) et la climatologie d’un secteur depuis le début de la campagne : pluviométrie et températures journalières. A terme, 5 numéros par an seront envoyés: stade semis/sortie d’hiver/dernière feuille/épiaison/avant récolte. Ce bulletin est rédigé dans le cadre du projet REGAIN « Accompagner l’évolution des pratiques agricoles vers des agrosystèmes plus durables sur le plateau de Valensole » et concerne en 2015 uniquement le plateau de Valensole. 2015 est une année de « test » et évoluera en fonction des besoins des agriculteurs. Vous pouvez le trouver sur le site internet de la Chambre d’Agriculture 04 et d’Arvalis.